23.08.2017

Dans le cadre de son bicentenaire, la paroisse de Notre Dame de l’Assomption (église rouge) propose aux neuchâtelois une après-midi de fête le 27 août prochain. La patinoire du Littoral va en effet retentir de contes, témoignages touchants et musique. Un événement qui se terminera par le concert de Sœur Cristina, la talentueuse religieuse gagnante de The Voice Italy.

C’est autour de stands de nourriture à prix modiques que commencera cette fête pour tous. Elle se poursuivra par un programme joyeux ; la paroisse catholique de Neuchâtel a en effet invité trois personnalités. La conteuse, Aline Gardaz De Luca, nièce du célèbre homme de radio, entraînera petits et grands dans un monde enchanteur d’histoires sorties de sa Roulotte des Contes. Le dessinateur de BD, Alain Auderset prendra ensuite le relais avec un témoignage touchant illustré par ses dessins.La journée finira par un concert pop de Sœur Cristina. Après un retour sur son parcours, cette jeune religieuse pétillante offrira des moments uniques par son énergie communicative et sa magnifique voix. Elle a su convaincre le jury professionnel de l’émission The Voice et tourne en Europe depuis trois ans. Les bénéfices de ses concerts sont versés à des œuvres caritatives par l’intermédiaire du couvent où elle réside.Un événement exceptionnel pour la première fois à Neuchâtel qui saura séduire un large public. Personnes de contact :Concept : Abbé Vincent Marville – Paroisse de Notre Dame (NE) – 032 725 19 89Organisation : M. Elian Bacouet – Lobby Bar – 079 823 97 90

08.09.2016

Mgr Charles Morerod installera Don Pietro Guerini, nouveau vicaire épiscopal pour le canton de Neuchâtel, le vendredi 9 septembre à 19h00 à la Basilique Notre-Dame de l’Assomption à Neuchâtel lors d’une messe solennelle.

Don Pietro Guerini (47 ans) a été nommé vicaire épiscopal pour le canton de Neuchâtel, reprenant ainsi la charge de l’abbé Jean-Jacques Martin dont le mandat a pris fin le 31 août 2016. L’abbé Guerini est depuis 2012 en charge de la Mission catholique italienne de Neuchâtel et membre de l’Equipe pastorale Neuchâtel-Ville. Originaire d’Italie - où il a été ingénieur en  mécanique - et relevant du diocèse de Bergame, il est le premier vicaire épiscopal de nationalité étrangère dans le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg. L’abbé Guerini est entré en fonction le 1er septembre 2016 pour une période de cinq ans, tout en en continuant d’exercer une partie de son ministère pour la Mission italienne.

Le diocèse de Lausanne-Genève-Fribourg dont fait également partie Neuchâtel est réparti en cinq régions correspondant aux quatre cantons qui le composent et à la partie germanophone du canton de Fribourg. L’évêque nomme un vicaire épiscopal dans chacune de ces régions pour le représenter et gérer localement l’Eglise catholique. Les vicaires épiscopaux participent notamment au Conseil épiscopal, organe qui conseille l’évêque dans la gestion de son diocèse et qui se réunit quasiment hebdomadairement, ainsi qu’au Conseil presbytéral, constitué de représentants des prêtres du diocèse.

26.08.2016

Les catholiques neuchâtelois  prennent congé de leur vicaire épiscopal l’abbé Jean-Jacques Martin lors d’une messe d’actions de grâce à la Chaux-de-Fonds ce vendredi 26 août à 19h00 en l’église du Sacré-Cœur. Tout au long de ses 15 ans de ministère, l’abbé Martin a œuvré pour une Eglise ouverte, simple et attentives aux plus faibles. Il exercera un nouveau ministère en ville de Fribourg et environs.

Arrivé à la fin de son mandat de vicaire épiscopal, l’abbé Jean-Jacques Martin quittera le canton de Neuchâtel le 1er septembre pour un ministère à Fribourg. L’Eglise catholique célèbre ses 15 années de ministère en faveur des catholiques neuchâtelois et de l’Eglise locale au cours d’une messe solennelle. Elle le remercie de sa présence bienveillante et de son engagement sans faille pour les habitants de ce canton. C’est dans cette église du Sacré-Cœur, dans laquelle il a été ordonné prêtre le 27 juin 1981 par Mgr Gabriel Bullet, que les catholiques pourront lui dire au revoir.

Tout au long de son mandat, l’abbé Martin a œuvré pour une Eglise ouverte et attentive aux plus faibles. Il a été particulièrement attentif à la bonne intégration des missions linguistiques regroupant les catholiques allophones. Membre du comité de Caritas Neuchâtel, il a soutenu et encouragé les actions du bras social de l’Eglise. Il a également été très présent auprès des personnes âgées et du Mouvement chrétien des retraités. Homme de dialogue, l’abbé Martin a contribué à faire de l’œcuménisme une notion concrète avec ses homologues réformés et catholiques-chrétiens.

Né le 4 juillet 1947, à Sainte-Croix dans le canton de Vaud, Jean-Jacques Martin a obtenu une licence en sciences économique avant d’entreprendre le séminaire et d’être ordonné prêtre le 27 juin 1981, à La Chaux-de-Fonds. Il exerça son premier ministère dans le Nord-Vaudois avant de devenir curé des paroisses d’Yverdon-les-Bains, de Grandson et de Ste-Croix. En 1991, il est nommé curé in solidum pour les paroisses de Romont, Berlens, Billens, Massonnens, Mézières, Villarimboud et Villaz-St-Pierre, avant de devenir curé modérateur de ces mêmes paroisses, dès le 1er juin 1996. En 2001, l’évêque Bernard Genoud le nomme vicaire épiscopal pour le canton de Neuchâtel. Très lié à l’abbaye de St-Maurice notamment par sa participation au comité de la semaine romande de musique et de liturgie, il obtient le titre de Chanoine honoraire de l'Abbaye territoriale de Saint-Maurice en 2008.

A l’issue de son mandat de vicaire épiscopal, il exercera un ministère en ville de Fribourg et a été nommé Chanoine du Chapitre cathédral de Saint-Nicolas par l’évêque Charles Morerod. Il sera remplacé par Don Pietro Guerini, nouveau vicaire épiscopal, qui sera installé le 9 septembre prochain par l’évêque à la basilique de Neuchâtel.

18.03.2016

Communiqué de presse

 

L’Eglise catholique à Neuchâtel accueille cette année la messe chrismale du diocèse. Lors de cette célébration, l’évêque bénit les huiles saintes pour tout le diocèse. Les délégués des paroisses des cantons de Fribourg, Vaud, Genève et Neuchâtel y participent et emportent dans leur région les huiles qui seront utilisées tout au long de l’année.

 

Cette importante célébration a lieu le mardi qui suit le dimanche des Rameaux, le 22 mars à 10h00 en la basilique de Neuchâtel. Elle est l’occasion pour l’évêque Charles Morerod de réunir tous les prêtres et agents pastoraux du diocèse pour se préparer à la montée vers Pâques. Les prêtres renouvellent à cette occasion leurs promesses sacerdotales et les agents pastoraux redisent leur engagement au service de l’Eglise. Plus de 300 prêtres, diacres, religieux et agents pastoraux sont attendus de toute la Suisse romande pour cette célébration. Les paroissiens du canton de Neuchâtel sont également les bienvenus lors de cette messe solennelle.

 

Dans la liturgie catholique, les huiles saintes sont au nombre de trois : l’huile des catéchu­mènes, l’huile des malades et le saint chrême. Ce dernier tire son nom du grec chrima ou chrisma qui si­gnifie onguent. Il est composé d’huile d’olive, de baume et d’autres substances odoriférantes. Le saint chrême symbo­lise la communication de l’Esprit Saint et de ses dons dans les âmes des fidèles. Il est utilisé dans les sacrements du baptême, de la confir­mation et de l’ordre.

 

Télécharger le communiqué au format pdf

27.11.2015

Communiqué de presse

 

L’Eglise catholique romaine dans le canton de Neuchâtel regrette profondément la décision du Conseil communal de Neuchâtel de déplacer la crèche de Noël établie sous le sapin dressé devant l’Hôtel de Ville. Elle s’interroge sur cette volonté supplémentaire d’effacer la nature profonde de la fête de Noël et rappelle l’importance de la dimension spirituelle de l’être humain.

 

L’Eglise rappelle que Noël est la fête de la naissance de Jésus, Fils de Dieu devenu pleinement homme pour partager notre existence et racheter le salut de l’humanité. C’est donc une fête d’espérance et de reconnaissance envers un Dieu généreux, porteur d’un message de paix et attentif aux hommes. L’Eglise ne comprend pas les raisons du Conseil communal de Neuchâtel qui préfère visiblement se focaliser sur les paillettes de la fête plutôt que sur sa raison-même et son sens profond. Elle peine à croire qu’une crèche sur la voie publique puisse écorner la laïcité de l’Etat ou blesser la sensibilité des habitants du canton, quelles que soient leurs convictions religieuses.

 

Cet épisode rappelle toutefois la difficulté qu’ont rencontrée Joseph et Marie pour trouver un lieu pour se loger à quelques heures de la naissance du Christ. Il est également le reflet de  l’accueil mitigé réservé par les autorités à Jésus et à son message lors de ses années de prédication en Judée. L’Eglise regrette que, malgré des siècles d’histoire et d’évolution des mentalités, il soit plus acceptable de mettre en avant un consumérisme vide de valeur que de parler et de défendre des valeurs d’écoute, d’amour du prochain et de solidarité envers les plus démunis, véritables messages du Christ pour les hommes.

 

L’Eglise rappelle que l’être humain ne saurait se restreindre à sa dimension physique et intellectuelle  et qu’il est nécessaire de considérer également sa dimension spirituelle. Fidèle à sa mission et à ses traditions, elle continuera d’apporter des éléments de réponse aux habitants de ce canton en quête de sens.

 

Télécharger le communiqué au format pdf

02.10.2015

Communiqué du Groupe de Dialogue interreligieux

 

Au moment où l'Europe traverse une grave crise humanitaire et où des dizaines de milliers de réfugiés du Moyen-Orient, désespérés par les guerres et les persécutions, affluent en Europe, le Groupe cantonal de réflexion et de dialogue interreligieux de Neuchâtel (qui réunit des bouddhistes, des juifs, des chrétiens, des musulmans et des bahaïs) se sent solidaire de ces frères humains qui fuient la mort et les camps où ils vivent dans des conditions précaires; il salue les efforts religieux et politiques, collectifs ou individuels, qui ont pour but de les accueillir et de leur venir en aide, et rappelle la règle d'or qui est enseignée par toutes les traditions religieuses de l'humanité : " Aime ton prochain comme toi-même" (parfois exprimée ainsi: " Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse").

05.02.2015

Le 3 février, le Pape François a autorisé la Congrégation pour les Causes des Saints
à promulguer martyrs de la charité et de la foi deux religieux et un prêtre italiens, assassinés au Pérou. L’un d’eux, Don Alessandro Dordi, plus connu sous le nom de Don Sandro, fut pendant 14 ans aumônier de la Mission italienne du Locle. L’Eglise reconnaît ainsi qu’ils ont donné leur vie pour le Christ et qu’ils sont morts à cause de leur foi.

 

Né dans la région de Bergame le 22 janvier 1931, Alessandro Dordi a été ordonné prêtre le 12 juin 1954. Membre de la Communauté missionnaire du Paradis, il a exercé son ministère dans différentes zones de la plaine du Pô. Entre 1965 et 1979, il fut aumônier auprès des émigrés italiens au Locle et travailla comme prêtre ouvrier un certain temps. Il travaillait ainsi huit heures par jour en usine, notamment dans des fabriques de montres, ce qui lui permettait de « connaître l’homme en tant que travailleur », selon ses propres mots.

 

En 1980, il partit pour le Pérou où il s’occupa de la paroisse de Santa, grande comme la Suisse romande. Il y fut particulièrement actif et créa la « Cuna Maternal », un centre visant à promouvoir le statut des femmes, en favorisant leur socialisation et leur instruction.

 

Il a été assassiné le 25 août 1991 par la guérilla du Sentier lumineux. Sa procédure de béatification a été entamée en 1997. La reconnaissance comme martyr en est la première étape.

 

Télécharger le communiqué en pdf

30.01.2015

La Basilique Notre-Dame à Neuchâtel accueillera ce dimanche 1er février les consacrés de toute la Suisse romande. Ils se réunissent autour de Mgr Jean-Marie Lovey, évêque du diocèse de Sion et chanoine du Grand St-Bernard pour fêter la Journée mondiale de la vie consacrée.

 

Plus de 250 religieux, religieuses, moines, moniales et laïcs consacrés des monastères et instituts de vie religieuse de Suisse romande ont rendez-vous à Neuchâtel pour une messe solennelle le dimanche 1er février à 10h00 à l’église rouge, suivie d’un repas. Actifs dans la plupart des cantons suisses, les ordres religieux veulent profiter de l’année de la vie consacrée pour mieux faire comprendre les spécificités de leur choix de vie et l’actualité de leur vocation.

 

Cette journée fait suite au lancement officiel de l’année liturgique et voit le lancement du livre « Aimer, c’est tout donner » qui recueille le témoignage de nombreux consacrés, hommes et femmes. Ce livre de la Suisse romande présentant 80 témoignages a reçu un soutien enthousiaste du Pape François et il est sorti de presse ce dimanche en français, allemand et italien. Il sera également édité en anglais, espagnol, portugais, polonais, chinois et arabe et distribué dans le monde entier.

 

Les congrégations religieuses féminines proposent également tout au long de l’année aux jeunes femmes de découvrir pendant 24 heures la vie d’une communauté en suivant une sœur dans son quotidien.

 

Plus d’informations : www.vieconsacree.com

21.11.2014

 

Dans le cadre des relations traditionnelles et cordiales qui se tiennent chaque législature, le Conseil d’Etat et les responsables de l’Eglise catholique romaine dans le canton de Neuchâtel se sont rencontrés mercredi 19 novembre 2014 à Neuchâtel. Cette réunion a permis d’aborder différentes questions d'actualité et liées à des thématiques spirituelles.
A l'occasion de cette rencontre avec le gouvernement cantonal, Mgr Charles Morerod, évêque du diocèse de Lausanne-Genève-Fribourg - dont fait également partie le canton de Neuchâtel-, était accompagné de l’abbé Jean-Jacques Martin, vicaire épiscopal pour le canton de Neuchâtel, et des représentants de la Fédération catholique romaine neuchâteloise, soit Mme Sylvie Perrinjaquet, ainsi que M. Bernard Cattin, M. Emmanuel Raffner et M. Julien Bibler.

 

Bien qu’elle a institué la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la Constitution cantonale reconnaît, à son article 98, l’Eglise catholique romaine comme une institution d’utilité publique. L’Etat octroie une subvention aux Eglises reconnues pour les services que ces dernières rendent à la collectivité, notamment dans le domaine de l’accompagnement. Le reste de leurs activités est financé par la contribution ecclésiastique versée de manière volontaire par les fidèles.

 

Dans le cadre de leurs échanges, le Conseil d'Etat et l'Eglise catholique romaine ont notamment abordé la question du concordat avec les églises, qui devrait être revu en 2016 et, de façon plus générale, les questions liées aux relations entre Etat et églises, à l'instar de l'apport des aumôneries dans les hôpitaux et les prisons.

 

Télécharger le communiqué

Please reload

Rechercher par catégorie
Please reload

Suivez-nous sur les réseaux sociaux
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

Vicariat épiscopal

032 725 93 80

vicariat.episcopal@cath-ne.ch

Pour vos dons à l'Eglise catholique romaine à Neuchâtel :

CCP 20-5485-4

IBAN : CH88 0900 0000 2000 5485 4

  • facebook
  • Twitter Clean