Pastorale de la santé

  

Pastorale de la santé

A domicile, des personnes ne peuvent plus se déplacer, l’isolement les prive de liens avec la communauté.

En EMS, à l’automne de la vie, les personnes âgées voient leur quotidien bouleversé. Elles doivent encore apprendre, apprendre  à vivre différemment, quitter leur appartement, leurs habitudes, leur quartier.

A l’hôpital, jamais un séjour n’est anodin. De bien portant, on se retrouve en rupture avec sa santé et tout ce que cela peut engendrer.

 

Le service de la Pastorale de la santé  consiste à offrir une rencontre, offrir à l’autre la possibilité de se dire, de partager ce qu’il vit, ce qu’il ressent. En d’autres mots : entrer en relation avec une personne, prendre le temps d’accueillir son existence, son itinéraire, ses questionnements, parfois sa révolte  sans jugement et sans réponse toute faite.

 

Le but de la visite pastorale est concrètement le signe de l’amour de Dieu et ce signe est présent dans l’attention témoignée à autrui.

«  Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. »

Mt 25,40

Activités et journal
Please reload

Faire des visites

De nombreux bénévoles permettent au service de la pastorale de la santé d'être actif dans tout le canton. Mais qu'est- ce qu'un engagement dans la pastorale de la santé implique concrètement?

 

Des visites ponctuelles

En général, ils s’effectuent plus ou moins tous les 15 jours, mais les bénévoles choisissent le nombre et le rythme de leurs visites, l’important étant leur régularité.

Lors de ces visites, ceux qui se sentent disponibles et sont mandatés apportent la Communion aux personnes qui la désirent.

 

Une formation, un accompagnement

Gratuite, cette formation comporte des rencontres cantonales 3 fois par année, où des intervenants aux compétences  en théologie, psychologie, relations humaines s’expriment et sont à l’écoute de chacun.

Plusieurs rencontres sont organisées au niveau des secteurs, généralement trois fois par année ou plus si le besoin se fait sentir. Mais ces rencontres sont surtout des moments d’échange d’expériences, un lieu pour apprendre à recevoir et offrir du soutien.

 

Des rencontres

La rencontre du visiteur est basée sur un message révélateur de l’amour de Dieu, un message d’espérance. Mais d’abord, il s’agit d’entrer en relation avec une personne, de prendre le temps d’accueillir son existence, son itinéraire et c’est seulement dans un deuxième temps qu’il va peut-être se passer quelque chose en lien avec la foi. Car le but de la visite pastorale est d’être le signe de l’amour de Dieu et ce signe est présent dans l’attention témoignée à autrui.

 

Alors, si vous avez du temps à offrir, si une formation et une vie d’équipe vous tentent…ou si vous conaissez quelqu’un que cette proposition peut intéresser, n’hésitez pas à prendre contact avec les responsables.

Trouver une aumônerie

ou une église

L'Eglise catholique est présente dans les hôpitaux du canton et dans plus de quarante homes et institutions. Une carte interactive permet de retrouver rapidement les personnes de contact.

Contact

Marie-Lise Dick

Agente pastorale

032 926 56 81

Catherine Fauguel

Agente pastorale

Hôpital Pourtalès

079 639 75 54

Dominique Lude

Agente pastorale

Hôpital de La Chaux-de-Fonds

032 853 13 35

079 559 50 37

Sr Véronique Vallat

Agente pastorale

EMS Val-de-Ruz

Formation des bénévoles

032 720 05 65

Marie-Christine Conrath

Agente pastorale

Vy Perroud 248

2126 Les Verrières

079 425 99 47

Christelle Devanthéry

Agente pastorale

Ville de Neuchâtel

UP Ouest

032 730 42 01

Marie Romeuf

Agente pastorale

Centre neuchâtelois de psychiatrie

Please reload

Demander l'onction des malades

Autrefois appelé extrême onction, donné à des mourants, ce sacrement a retrouvé, avec le Concile Vatican II, sa signification de sacrement de vie, destiné aux personnes éprouvées par la maladie ou par l’âge.

Il exprime la présence et le réconfort qu’apporte le Christ à la personne dans l’épreuve. Il n’est pas le sacrement de la fin de la vie. Le sacrement de la fin de vie est l’eucharistie (la communion) donnée en viatique, c’est-à-dire en pain pour la route vers l’au-delà.

Le croyant demandera par conséquent de recevoir l’onction des malades quand il peut y participer le plus pleinement possible, et en souhaitant la présence de sa famille. Il deviendra ainsi une manifestation de la foi et l’expression de la confiance que nous pouvons mettre en la présence réconfortante du Seigneur auprès de la personne qui souffre.

En soi, ce sacrement n’est par conséquent jamais une « urgence » ; sa demande peut éventuellement, il est vrai, devenir l’expression d’une urgence à célébrer et demander que soit manifestée la présence quasi sensible du Christ et de la partager avec son entourage si c’est possible.

Autrefois nombreux, les prêtres chargés de donner ce sacrement le sont beaucoup moins aujourd’hui. Il leur sera malheureusement impossible, parfois, de répondre « dans l’urgence ». La prière d’un aumônier laïc, celle de la famille avec lui, donneront déjà réconfort à la personne qui souhaiterait recevoir l’onction, dans l’attente qu’un prêtre soit en mesure de venir le célébrer.

Le salut, la vie donnée par Dieu ne saurait dépendre d’un sacrement. « Ta foi t’a sauvé », dit Jésus souvent dans l’évangile. Quand l’onction des malades est célébrée, elle est le signe que se réalise le salut par la foi. Mais un malade, une personne en fin de vie, sa famille, n’ont pas à être inquiets si la mort, par exemple, survient de manière inattendue et subite. L’amour de Dieu est toujours au-delà de nos gestes et de nos prières.

Vicariat épiscopal

032 725 93 80

vicariat.episcopal@cath-ne.ch

Pour vos dons à l'Eglise catholique romaine à Neuchâtel :

CCP 20-5485-4

IBAN : CH88 0900 0000 2000 5485 4

  • facebook
  • Twitter Clean